Sunday, 11 April 2010

Sculpture Savon C1/2/3

















Cycle 1,2,3 et plus.

Nous allons sculpter un savon.

Vous pouvez ne lire que ce qui est en gras pour débuter, si vous n’êtes pas rebuté, affinez en lisant le contenu des petits paragraphes.

Un savon est assez tendre à condition de le sculpter lorsqu'il est seulement déballé de sa protection.

Il est impossible de tailler un savon dur qui a été à l'air libre plus d'une semaine; il fait des petites miettes, de la poussière qui fait éternuer immédiatement.

Un seul outil est nécessaire ; une petite cuillère à café.

Le mieux est une cuillère entremet, elle est plus petite. Le summum serait d’acheter des cuillères à café bon marché à café faites à l'emporte-pièce. Les tranches de la cuillère ont des arêtes plus vives ce qui permet une incision plus franche dans le savon, alors qu’une cuillère de qualité est toute en rondeurs. Le manche de la cuillère sera aussi un outil important. Il est donc possible de faire sculpter un savon à des enfants de l'école maternelle.

L'idéal est de se procurer le plus gros savon possible au rayon entretien d'un supermarché. Les Persavons vont par trois. Le plus gros des savons ne coûte pas un euro. Toutefois, il est possible de sculpter n'importe quel savon, une savonnette, et quelle que soit la couleur.

Lorsque l'on entreprend une séance de sculpture dans un savon, c'est à Jean Arp qu'il faut penser le sculpteur alsacien du début du siècle.

J’y consacre un article sur mon blog d’histoire de l’art. C'est un article court, il y a quelques photos des sculptures de Hans Arp et aussi des savons taillés par les élèves. L'article sur Jean Arp peut vous donner envie de harponner quelques phrases importantes de cet artiste.



Penser à mettre du papier sur les tables de manière à récupérer facilement les copeaux de savon à la fin de la séance.




Le défaut principal d'un débutant qui sculpte et qu’il reste en surface de la matière.

Que ce soit sur du bois, de la pierre, de la stéatite, du plâtre, du béton cellulaire, de l’argile sèche du savon, le débutant ne fait que gratter, inciser, graver. Le débutant ne creuse pas bien profondément. Formellement vous, débutant, vous allez creuser profond. Vous allez même traverser le savon !

Voici la première consigne à donner aux élèves : « Traversez le savon, mais, vous n’allez pas le traverser verticalement ou horizontalement en ligne droite. Vous allez rejoindre l'autre côté en tournant. »

Dites aux élèves : « Lorsque l'on fait trou par où ressort-on ? De l'autre côté ! Et bien non, c'est interdit ! »

Autrement dit : « Vous ne creuserez pas et ne traverserez pas le savon de la manière la plus banale qu'il existe, c'est-à-dire comme cela. ». Montrez avec le doigt. Demandez à un élève de proposer une autre manière de traverser.

En cycle trois est tout à fait possible de prendre un coin et d'aller vers l'autre, en diagonale courbe.

De manière à ce que les enfants n'enlèvent pas la moitié du savon en faisant leur trou de taupe, vous devez exiger qu'ils n'enlèvent pas des morceaux plus gros qu’un ongle. Ou bien, montrez-leur précisément la taille des plus gros morceaux à enlever.



Au fur et à mesure de l'évolution de la sculpture, il faudra encore réduire la taille maximale des petits morceaux de savon à enlever et l’imposer. Si vous ne prenez pas cette précaution, il est tout à fait possible que les enfants arrivent à ne plus avoir beaucoup de matière. Cependant, vous devez savoir qu’à la fin, le savon va peser deux fois moins lourd qu'au début.

Lorsque ce premier tunnel est creusé, vous demandez à ce qu'il y en ait un deuxième. Il va y avoir deux tunnels qui vont se croiser à peu près au milieu du savon.

À ce moment-là, vous pourriez déjà être content; les élèves ont vraiment fait de la sculpture, ils sont allés au coeur de cette matière assez souple.

Attendez-vous à que les deux galeries, où les quatre aient été plus charcutés que sculptés, il va falloir leur faire remarquer.

Réagissez en faisant transformez les tunnels en entonnoir; du large vers du resserré ou l’inverse. Arrangez-vous pour qu’ils obtiennent quatre entonnoirs plus ou moins elliptiques. Puis tailler finement pour rendre les parois plus lisses

Vous possédez maintenant quatre beaux entonnoirs qui communiquent au milieu du savon.

Vous allez demander aux élèves de tailler des rebords à ses quatre entonnoirs.

Vous allez enlever du savon autour des entrées de ces quatre trous pour laisser un rebord d'un demi-centimètre, cela demande beaucoup d’attention !

À la suite de ces quatre délicates opérations, les savons taillés et sculptés sont déjà intéressants.

Demandez-leur de tailler une assez grande cuvette là où il y a le plus de surface. Une cuvette assez profonde qui va d'un bord d'un entonnoir à un autre bord d'entonnoir.

C'est à partir de ce moment que tout se complique pour vous et pour eux.

Ce qui est difficile à comprendre lorsque l'on sculpte un savon même pour l'enseignant, c'est qu'il n'y a pas seulement quatre faces à sculpter.

En fait, ce n'est pas un bon point de départ que de partir d'un parallélépipède, mais un savon de forme irrégulière n’existe pas dans le commerce. Je pense que le meilleur savon de départ serait sans doute une sphère, et là, il serait impossible de distinguer quatre faces et ça serait tant mieux. Il va falloir lutter tout autour notre savon parallélépipédique pour qu'il perde cette allure de pavé. Il va falloir que les sculpteurs enlèvent certains angles, certaines arêtes. L'idée de la cuvette devrait déjà leur permettre d’amputer un angle droit ou deux.

Notez que lorsque les élèves cassent un angle, cela arrivera, il va falloir qu'ils trouvent ce désagrément intéressant; ce qui ne sera pas facile à admettre !

La suite de vos consignes ne sera qu’une série d’interventions auprès de chaque élèves en donnant des petits conseils rapides et précis. Il est difficile de vous aider plus si vous n’avez pas taillé un savon vous-même.

Puis, et seulement maintenant vous pouvez parler de gravure d’incision de détails graphique à faire avec un cure-dent, ou un crayon bien taillé.

Je crois qu’il vous faut organiser deux séances : une lorsque le savon est très tendre et une autre lorsque qu’il l’est un peu moins quelques jours après le premier.

Lors de la deuxième, raclez les différents creux et bosses, entonnoirs et cuvettes avec le manche de la cuillère, les petits morceaux seront encore plus petits que lors de la première séance. Si vous êtes perfectionniste donnez leur un petit bout de papier de verre ou une lime à ongle. Je ne pense pas qu’il faille lisser avec un petit chiffon humide ?

Attention vous ne pouvez plus sculpter racler, limer un savon trop sec, cela ferait éternuer tout le monde !

Il faut faire une exposition de l’ensemble sur des tables piédestaux et sur du papier noir le tout avec un bon éclairage contrasté.

Certaines idées ci-dessus et celle-ci, ci-dessous, sont de Cédric C qui sait très bien mener cette séance.

« Lorsque l’on sculpte, on possède déjà notre forme finale, elle n’est pas encore visible, on va la dégager de la matière, en creusant, taillant, évidant, trouant…

Présentation de l’objet, définition, usage, lieu habituel…

Les élèves travaillent seuls sur leurs savons, il est possible de mettre un fond sonore.

Maintenant nous allons réduire nos savons. Qu’est-ce que réduire ? Poser la question aux élèves et les amener à dire c’est « enlever » « faire maigrir » « rétrécir »… On peut arrêter la consigne là ou donner plus d’indications aux élèves sur les manières de réduire leurs savons : couper, creuser, raboter, sillonner, griffer… La seule consigne impérative est qu’en réduisant les élèves ne doivent en aucun cas « faire disparaître » leurs trous, et il faut insister sur ce point : à quoi bon faire un trou si on le perd ensuite en enlevant le morceau de savon qui le délimite ? » Cédric C.

Les photos sont d’Aurélien qui sculpte avec ses élèves.












0 Comments:

Post a Comment

<< Home