Wednesday, 24 February 2010

Argile-Piste de cirque C1

J'ai assisté cette séance menée par une stagiaire de deuxième année.





Des traces dans une petite plaque d’argile.

Cette petite plaque d’argile de 20 centimètre de diamètre est la piste d’un cirque.

Les animaux et les clowns vont y laisser leurs traces.

Scénario, immersion…

Un cirque vient d’arriver dans le village. Il installe donc tout son matériel et le plus important, la piste du cirque !

Chaque enfant prépare sa piste ; les enfants écrasent leur boule d’argile. Attention les enfants de la maternelle n’y arrivent pas sans un rouleau et encore, il faut sans doute leur préparer la piste circulaire de diamètre 20 centimètres.

Après que tout soit installé, il faut faire une belle piste, alors avec un râteau, on étale le sable pour que la piste soit bien lisse et plate. Cette piste est bien ronde pour que tous les spectateurs voient bien tous les numéros de cirque. Quand la piste est prête.

- « Elle est prête votre piste ? »

Quand la piste est prête, les spectateurs peuvent rentrer dans votre cirque. Certains pour arriver plus vite à une place marchent sur la piste. Ils laissent des traces dans la terre de la piste.

- « Vous avez beaucoup de traces des chaussures de spectateurs ? »

Quand tout le monde est installé, le spectacle peut commencer. Les roulements de tambour sont si forts qu’ils font trembler la piste.

- « Elle tremble votre piste ? » (pour voir différentes façons de figurer quelque chose qui ne semble pas évident.)

Là, le 1er numéro peut commencer, les clowns Tic et Toc arrivent. Ils font un tour de piste.

- « C’est bon, ils ont fait un tour de piste. On voit leurs traces en rond? »

Et hop, il tombe par terre, Boum, et laisse une trace dans la piste.

- « Vous avez une grosse trace ? »

Après cela, Tic jongle, mais Toc le pousse et là, patatra les balles de jonglage tombent toutes - « Vous avez beaucoup de balles par terre ? »

Puis Toc sort une taupe de sa poche, la caresse, mais elle s’échappe et creuse un trou ;

- « Elle en a fait un gros trou dans votre piste ? »

Ensuite les roulements de tambours reprennent, la taupe a peur, elle s’enfuit.

Les clowns avec un rouleau (les doigts), remettent la piste en bon état, bien lisse.

Des chevaux arrivèrent en rond et font 3 tours de piste au trot.

- « Ils vont vite vos chevaux? »

Puis ils sortent de la piste car le dompteur claque son fouet.

- « Clac ! Clac ! Clac ! »

Puis, les lions arrivent, ils grattent et griffent le sol.

- « Ils grattent, ils griffent la piste ! »

Le fouet claque et reclaque, les lions obéissent au dompteur puis sortent de la piste. La piste est nettoyée et on la fait toute lisse.

Un lanceur de couteau rentre, le suspens est au maximum. Tout le monde tremble. Il va lancer le 1er couteau. Roulement de tambour……..

Enfin les clowns Tic et Toc reviennent. Ils font des farces. Tic se moque de son copain Toc. Tout le public rigole. Alors Toc pince Tic.

- « Il l’a bien pincé ? Il a pincé la piste ! »

- « Montre-moi. »

Alors Toc se met à chanter « Que fait ma main ? » (à faire sur l’argile si vous connaissez la chanson.)

Le spectacle est terminé. La troupe démonte et range tout le cirque. Tout rentre dans le camion (le seau).

Cette histoire a été imaginé par Aurore.

J’ai assisté à la séance.

« La stagiaire a mis beaucoup de conviction à se faire entendre. Les trois tables de quatre d’enfants réagissent plus ou moins aux actions de l’histoire racontée qu’ils interprètent comme ils peuvent et comme ils veulent; le lion griffe, le fouet claque, le clown traîne ses savates.

Aurore se déplace beaucoup, elle articule, elle répète, elle se rapproche d’une table, puis d’une autre. Les enfants entrent dans l’histoire assez facilement, mais, je pense que si les tables avaient été plus rapprochées elles n’auraient pas eu à relancer régulièrement les trois tables. J’ai pu constater que lorsqu’elle était proche d’une table les enfants des autres tables pouvaient penser que la maîtresse ne leur parlait plus. C’est un détail qui a son importance, mais Aurore en tant que débutante ne peut absolument pas tout anticiper. Lorsqu’elle aura mené deux ou trois fois cette excellente séance de motricité et de poésie de conte mimé, la façon dont elle a mené cette première séance la fera sans doute sourire.

J’insiste, Aurore a mis toute son énergie pour être entendue, pour être suivie par les enfants. Je pense même, que sa séance pouvait être menée avec toute la classe, les deux autres petits groupes occupés à autre chose ont suivi l’histoire du cirque, ils se sont peu intéressés à l’exercice graphique qu’ils devaient réaliser, c’est dire que l’histoire était animée. »

Gilbert GilbR Villemin le 24/02/10 17:54:17 à hérival




Agir en écoutant la maîtresse.

0 Comments:

Post a Comment

<< Home