Monday, 22 February 2010

Tête-Victor Brauner

Si vous avez essayé ce travail avec moi en cours, cette fiche ne vous posera pas de problème.












Un masque en morceaux à reconstituer.
Le 14/12/06

1. Il vous faut la photocopie A3 composée de 19 morceaux dessinés. Elle est à la fin de cet article.


2. Consignes à donner aux enfants : « Vous réaliserez un masque expressif en utilisant toutes les pièces disposées sur la photocopie A3. Toutes les pièces doivent servir.
3. Ce masque ne sera pas porté, il restera plat et collé sur une feuille de papier A4, il vous regardera.»
4. Ce travail fini aura des points communs avec certains masques africains et océaniens : facettes, petites surfaces, déstructuration. Le résultat ne sera pas très éloigné des préoccupations des peintres cubistes.
5. Vous avez aussi la photocopie d’une sorte de masque, une œuvre de Victor Brauner, un peintre surréaliste très célèbre.Et aussi la photocopie de quelques autres œuvres de cet artiste.
6. Si vous voulez faire un apport culturel, parlez plutôt du Surréalisme que de Brauner en particulier.

7. Le format A4 est très important !
8. La photocopie (A3) proposée est le double format que celui du résultat (A4) ; il sera impossible de juxtaposer les 21 morceaux. il faudra absolument que les différents morceaux se superposent, les élèves ne vont pas l’admettre facilement.
9. Cette situation didactique, du A3 au A4, est proposée aux enfants pour les obliger à ne pas étaler les différentes formes comme ils le feraient sans réflexion pour réaliser leur masque: Ils ne feraient seulement qu’éloigner, éparpiller les morceaux sans penser la tête dans sa globalité.
10. La superposition est un des objectifs à atteindre ; par exemple, le plus gros morceau ne peut être placé qu’au-dessous d’autres morceaux.
11. Notez aussi que les morceaux proposés ne permettent pas la symétrie, et c’est bien mieux ainsi : c’est aussi un objectif !
12. Quelle que soit la façon dont vous décidez d’entreprendre le travail avec les élèves, vous leur distribuerez une feuille de format A4 blanche ou de couleur.

13. Plusieurs options de départ possibles au choix :

14. UN. Chaque élève dispose d’une photocopie A3, l’épaisseur du papier a de l’importance. Les élèves découpent toutes les formes (peut-être après les avoir peintes !) puis les organisent, les combinent et les collent sur une feuille A4. Attendez avant de faire coller !
15. J’insiste: c’est la combinaison de ces différentes formes le véritable objectif de ce travail, il faudra bien insister là-dessus et ne pas coller la première manipulation. Il serait même envisageable, si vous vous en sentez capable, de comparer les résultats puisqu’ils ont la même base : il sera possible de dire que certains sont plus déterminants que d’autres.

16. DEUX. Il est tout à fait possible de ne pas toucher à la photocopie. Seulement l’avoir sous les yeux ou en grand, dessinée à la craie sur le tableau. Et reprendre approximativement au crayon, les formes les unes après les autres sur sa feuille A4, en fonction des besoins de la création. (Dessiner des formes aussi simples, mais à peu près à l’échelle, ne pose aucune difficulté particulière en cycle 3.)

17. TROIS. Sur une feuille A4, reprendre directement par transparence une à une les formes, et n’avoir qu’à gommer des bouts de lignes qui gênent la superposition. Se placer sur la fenêtre, mais il est possible de voir en restant à sa table.

18. QUATRE. Option « bas-relief / léger relief »: dès le début de la séance, les élèves collent la feuille A3 sur une plaque de carton ondulé pas trop épaisse puisqu’ils découperont ensuite les formes aux ciseaux .
19. Il est aussi possible de découper directement le carton ondulé pour garder sa couleur brune caractéristique. Retravailler sur le carton aux pastels ou à la gouache, ça peut être fait avant la découpe. Les enfants superposeront les morceaux les uns sur les autres et à côté des autres. Ils seront ensuite collés à la colle en tube ou autres.

20. CINQ : Plus de relief, plus de volume. Cycle 3. (Se référer à Picasso, Lardera et à certaines sculptures de Calder) : reporter les différentes formes sur carton assez épais mais, changer d’échelle deux à trois fois la taille des modèles photocopiés sur A3. Découper les formes. Les formes peuvent être librement découpées à condition de garder une certaine complexité et des tailles différentes. Il est possible de les peindre les formes avant ou après ou pas du tout. Puis, les fixer par des entailles,en «n », et en« u » qui s’encastreront. C’est le mieux. Un pistolet à colle, des piques cure-dents, des aiguilles, des agrafes peuvent faire l’affaire si vous avez fait des essais. (Je n’entre pas dans les détails de cette option, ce pourrait faire l’objet d’une autre fiche.)

21. SIX : Il est possible de réaliser la composition seulement au crayon et d’arrêter le travail lorsque le dessin au crayon est fini, satisfaisant, complexe, inédit, étonnant par l’expression du visage, l’attitude et la manière dont les formes s’imbriquent, se juxtaposent et se combinent.
22. Cependant, le summum, et c’est possible en cycle trois, serait de travailler l’éclairage : par exemple, éclairez par la droite, du coup tout est plus foncé sur le côté gauche. Il faut appuyer toutes les parties qui se trouvent à gauche, en dégradé, au crayon de couleur foncé, au pastel foncé ou au 2 ou 3B.

23. Remarque : Les contraintes sont utiles pour créer, mais elles ne doivent pas devenir des obstacles insurmontables. De la souplesse de la part de l’enseignant et de la part de l’élève est indispensable ! Mais comment le dire oralement ? Ce n’est pas toujours facile. Dites ceci : « Vous devez utiliser toutes les pièces, mais si vous ne pouvez pas le faire, cela n’est pas grave ! vous pouvez même en inventer quelques-unes, en changer quelques unes !»
24. Si vous coloriez ou peigniez les morceaux: faites travailler la superposition de deux ou trois couleurs proches les unes des autres et s’y tenir.
25. Pour peindre : utilisez des crayons de couleurs, des stylos feutre, des bâtons de pastels, de la gouache, de l’acrylique ; votre choix se fera en fonction de ce que vous connaissez et de ce qu’ils connaissent et du temps dont vous disposez.


26. Gilbert Villemin à Hérival








Je suis preneur de remarques après le travail avec les élèves.

0 Comments:

Post a Comment

<< Home