Wednesday, 24 February 2010

Argile-Sorcière-Cachettes


Maintenant, mettons en place une véritable séance de travail avec de l'argile:



« Sauvons les lutins !»

À mener, au cycle 1, cycle 2, et même cycle 3, suivant vos élèves et votre conviction !

Définir le travail de recherche théorique.
(Les deux aspects didactiques ci-dessous ne sont pas à donner sous cette forme aux enfants. Et, en ce qui vous concerne, survolez-les, et relisez-les attentivement lors de la deuxième lecture.)
1-L’aspect extérieur du volume.
Apprendre à réaliser des formes plus ou moins complexes avec la terre ; traces, empreintes, creux, bosses. Jouer avec l’ombre et la lumière. Qu’est-ce que ça serait bien si chaque enfant était muni d’une lampe de poche !
2-L’aspect intérieur du volume.
C’est le plus important travail, celui qui est le plus négligé : les enfants vont devoir réaliser des volumes creux, vides, à l’intérieur d’une masse monolithique d’argile, ils vont devoir y cacher des lutins…, mais nous verrons cela tout à l’heure.
Avant la séance, mettre en place le matériel avec les enfants :
Les tables, le point d’eau, le tablier, la double feuille de papier journal pliée en quatre ou en cinq, le stockage de la terre, le stockage temporaire des réalisations.
Cette organisation est nécessaire et importante ne la négligez pas.
Suggestion : Distribuer de la terre dans des sacs plastiques opaques : la découverte sensorielle n’en sera que meilleure !
Identifier les compétences supposées chez l’élève en étudiant les réalisations lors de la séance de découverte…
Habillage de la situation pédagogique: entrons dans l’imaginaire des enfants.
Apprendre à bien lire l’histoire, et lire l’histoire de « La confiture de lutins »
(Voir le texte ci-joint.)
Réactions des enfants suite à la lecture de l’histoire.
« Comment aider les lutins pour qu’ils n’aient plus de problèmes avec la sorcière ? »
Bien écouter les élèves, discuter avec eux…
Attention, les enfants vous proposeront des solutions diverses, complexes, surprenantes, qu’en ferez vous ?
Pour avoir observé plusieurs fois cette séance, nous pouvons vous assurer que l’enseignant ne tient pas compte de ce que propose les enfants, l’enseignant a déjà sa solution, il n’a qu’un seul but celui de l’imposer aux enfants : faites attention à cela ! Bien sûr qu’il ne faut pas perdre de vue l’objectif qui est de réaliser des volumes avec la terre…
Considérez donc avec beaucoup d’attention les systèmes qu’ils vont vous proposer. Ils ne vous proposeront pas souvent la fameuse cachette que vous avez derrière la tête, celle à laquelle vous tenez, vous, l’enseignant !
C’est une aventure à vivre avec les enfants. N’attendez pas de réponses précises, mais discutez avec eux, entrez dans leur jeu, amusez-vous !
Amenez-les progressivement à devenir raisonnables sans pour autant reléguer leurs bonnes idées au magasin des accessoires. Profitez bien de cette séance de discussion :
« J’ai de la terre. Peut-être que cela pourrait nous aider… »
Amener les élèves à constater que puisque vous avez de l’argile, ce dont les lutins auraient bien besoin, ce serait de leur fabriquer des cachettes pour qu’ils soient tranquilles, à l’abri de cette sorcière trop gourmande ! Arrrh !
C’est la discussion avec les enfants qui servira de base à faire émerger les idées pour la construction de la cachette. Comment peut être une cachette de lutin ? A vous de rappeler avec toute la finesse possible les détails qui vous intéressent pour la poursuite de la séance.

«Un lutin a un chapeau pointu. Il lui faut donc une cachette assez haute !»

Mise en place de l’organisation avec les enfants

Si besoin, rappel des consignes nécessaires au bon déroulement … ne pas se lever, etc.
Distribution de la terre, mais cela a pu être fait auparavant dans des sacs noires opaques : Cette mise en place doit être très rapide pour ne pas faire retomber l’envie et l’imagination !

« Travaillez sur votre petite surface de papier journal plié et utilisez la boule d’argile pour réaliser la cachette.»
« Ne dépassez pas du carré en papier. »
L’intérêt de la petite surface est d’amener les enfants, à modeler en hauteur, à décoller du ras du sol ! Relisez l’*(2) si vous n’êtes pas convaincu….donnez-leur des grandes surfaces si vous n’êtes vraiment pas convaincus !

«Les lutins doivent avoir envie de s’y cacher. Ils aiment les choses tordues.»

« Tordez la cachette ! »
Vous devez forcer la nature des enfants ! Contrairement ce que vous pouvez croire sans consignes, ils auraient peu d’actions sur l’argile.
Remarque très importante ! Pour cette séance particulière, l’argile ne doit pas être trop molle, elle doit plutôt être dure ! Sinon les volumes des cachettes s’aplatiront lentement mais sûrement, et ils ne permettront plus aux lutins de se tenir debout dans les cavités.
Pour comprendre ce que l’on vous dit, vous devez avoir vous-même testé la bonne compacité de cette matière, cela ne doit pas être facile pour les enfants de la façonner, avec les doigts, avec les outils. On ne doit pas pouvoir enfoncer son doigt dedans comme dans du beurre.

« Ça serait bien que les lutins puissent voir dehors au cas où la sorcière arriverait.»

« Avec les doigts, vous allez creuser des trous dans la cachette »
Intérêt : imposer des actions, qui ont un rapport avec l’histoire, pour entraîner les enfants à se confronter sur la terre.

« Il faut arriver à ce que la cachette fasse peur à la sorcière !»

« Or, on sait que les sorcières ont peur des petites bêtes qui griffent, qui piquent…»
« Donc, on va leur faire croire que ces cachettes appartiennent aux petites bêtes. Avec les outils que vous choisirez, hérissez, griffez, piquez la cachette.»
La surface qui jusqu’ici était lisse va être transformée de manière radicale !
Durant le temps de travail des enfants, c’est là que vous devrez être le plus actif. Donner les consignes n’est pas la partie la plus difficile pour vous.
C’est lors de la réalisation de la cachette par les enfants que vous aurez le plus de difficultés, mais cela peut s’améliorer si vous avez vous-même manipulé l’argile, si vous avez réalisé quelques cachettes, si vous avez eu à résoudre des problèmes, si on vous a proposé des solutions.
Déplacez-vous de tables en tables. Redonner les consignes, rendez les claires. Rassurez, encouragez, flattez ou grondez, c’est selon.
Retournez régulièrement dans l’imaginaire !
Suggestion pour finir ; rassemblez et faites se souder les cachettes par deux puis par quatre. Je l’ai vu faire plusieurs fois, c’est une étape, c’est une relance de plus. Rassembler deux cachettes nécessite de fabriquer des tunnels de passage, afin que les lutins puissent passer d’une maison à l’autre sans se faire voir.
Inconvénient : lorsque que quatre élèves ont rassemblé leurs cachettes cela devient bien difficile à transporter, c’est là que la planche de bois est importante. Toutefois, ce petit village peut rester à cet endroit-là, sur une grande table, et sécher sur place, il est bien là ce village que l’on croit fabriqué par les insectes mais en réalité…, ce sont des cachettes pour lutins…
Discussion, évaluation du travail avant, éventuellement, de l’installer dans un autre lieu :
Prévoir un endroit pour stocker toutes les réalisations.
Le mieux c’est que quelques enfants présentent leur réalisation.
Que les constructions/cachettes soient sèches ou non, réfléchissez avec les élèves à un lieu d’installation qui permettra aux lutins de se réfugier à l’intérieur sans se faire attraper. Suggestions : le sable de la cour de récréation, sous les feuilles, dans un coin de l’école, plus loin… Prenez peut-être des photos.
Trouvez peut-être une autre solution pour exposer plus longuement les magnifiques modelages.
La confiture de lutins. (De Marie Sabine Roger.)
La sorcière Vilénie était fort gourmande. Ce qu'elle préférait entre tous, c'était la confiture de lutins.
Recette
Pour faire une confiture de lutins :
Une trentaine de lutins de bonne figure.
(Par trop gras, ni maigre non plus, car il faut du jus.)
Trois kilos de sucre en morceaux par trop gros.
Cuisez à feu vif, jusqu'à ébullition.
Mettez-en pot.
Mmmmh, que c'est bon !
Mais Vilénie avait un problème : les lutins n'étaient jamais d'accord pour se laisser attraper. Il fallait courir des heures dans la montagne, tous cà pour ramener quoi ? Des contractures, et deux ou trois vieux lutins rassis !
Aussi Vilénie décida de construire un piège à lutins. Elle construisit une petite cage en forme de maisonnette, qu'elle peignit en vert mousse. Elle dessine une belle enseigne : « auberge du gourmand lutin ». Puis elle attendit...
Au bout d'un moment, elle vit apparaître un lutin, puis deux, puis 12, puis 23, puis 27, et enfin 30 !
Ils étaient massés devant la porte sans oser entrer. Alors par maléfice, il envoya jusqu'à leur narine un délicieux fumet de criquet rôti... Alléchés, les lutins se précipitent à l'intérieur. Aussitôt, crac ! Vilénie referma la porte, et emporta la cage dans son antre.
À l'intérieur du piège, les lutins terrorisés se demandaient comment s'enfuir. Par les fentes entre les planches, ils pouvaient voir la sorcière préparer le sucre, la balance, la grande cuillère en bois, la louche, et les bocaux de verre avec une étiquette : « confiture de lutins des bois ».
-- Que faire ? Que faire ? Gémissaient les lutins.
-- Moi, je sais ! S'exclama Turbule, le plus petit d'entre eux, en reniflant tout autour de lui. Écoutez-moi tous !
-- Pssi! Pssi! Pssiii!... (On n’entendait pas ce que disait Turbule, il leur parlait à l'oreille.)
Lorsque Vilénie ouvrit la cage quelques instants plus tard elle eut un hoquet de surprise.
-- Mais qu'ont-ils donc, tous les lutins ? Dit-elle.
Elle en saisit un entre le pouce et l'index : il était tout vert. D'un drôle de vert poisseux qui collait aux doigts. Et il se laissait tourner et retourner, tout mou, en dodelinant de la tête, l'air bien malade. Dans la cage, tous les autres lutins étaient pareils : verts, poisseux, avachis !
-- Ah non ! C'est bien ma chance ! S'écria Vilénie, en colère. J'ai capturé des lutins pas frais ! Eh bien c'est fini ! Ter-mi-né ! Je ne ferai plus jamais de confiture de lutins ! Foi de sorcière !
Et furieuse, elle alla les jeter dans la poubelle du jardin.., d'où il s'enfuirent en riant, des qu'elle eu le dos tourné.
Une fois rentrée chez eux ils n'eurent qu'à se débarbouiller dans la rivière, pour enlever la peinture verte avec laquelle Vilénie avait badigeonné les murs de leur prison !
Le soir les lutins sont réuni autour d'un bon repas de criquets grillés.
Turbule prend la parole : « Il en a marre de cette sorcière qui veut toujours nous attraper, nous ne sommes même pas tranquille dans notre forêt, il y a peu d'endroit où nous pouvons nous cacher ! »
-- ça ne peut plus continuer comme ça ! S'écria le lutin le plus énervé.
(C’est maintenant au maître et aux enfants de discuter d’un moyen pour aider les lutins.)
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Si vous décidez de construire vous-même une séquence, voici quelques conseils :
- Pensez à ce que vous voulez apporter aux élèves : les consignes et la situation doivent permettre à l’élève de se poser quelques questions.
- Un volume est fait de creux et de bosses ; Le volume ne sera donc constitué que par des concavités et des convexités ! N’hésitez pas à pousser vos élèves dans ce sens.
- Le volume ne se voit que par les lumières et les ombres, puisque le matériau est monochrome.
- Les élèves doivent créer : ce n’est pas votre réalisation que l’on doit voir à la fin mais bien celles des élèves ; ne dites donc pas, « ils m’ont fait…» mais, « ils ont fait… »
- Faites vous plaisir et faites leur plaisir : un grain de folie fait toujours du bien dans une journée de classe… Nous sommes en arts Visuels /plastiques, que diable !
---------------------------------------------------------------
Conception de ces quelques feuilles : Sophie Renaudin lorsqu'elle était conseillère pédagogique, plus que Gilbert Villemin professeur d’arts plastiques à l'iufm.




Succès assuré avec cette séance qui est devenue un classique!


1 Comments:

Anonymous Anonymous said...

J'ai découvert votre site grâce au magazine La Classe.
Les situations proposées sont vraiment excellentes et correspondent vraiment à mon idée des arts visuels : A savoir s'interroger sur le monde et faire naître l'imagination et le plaisir de créer.
Merci beaucoup pour le partage de vos excellentes situations.

Ludivine, PES

14 October 2013 at 08:33  

Post a Comment

<< Home